img

Actualités

Le banditisme urbain a pris des proportions très inquiétantes dans la ville de Kasumbalesa dans la province du Haut-Katanga. Vendredi 15 mai, plus de 38 maisons ont été visitées par des bandits. Lors de cet assaut, un vive échange des tirs entre les assaillants et les patrouilleurs s'en est suivi. Mais avant l'arrivée de l'intervention, les bandits avaient réussi à défoncer , extorquer et emporter argent et appareils électroménagers.

Dans un entretien exclusif accordé à Élection-net.com, André Kapampa, Maire de la ville Kasumbalesa relate une situation inhabituelle

" Kasumbalesa, à l'instar des autres villes du Haut-Katanga, connaît des soubresauts sur le plan sécuritaire. Pas plus tard qu'avant-hier, nous avons vecu un échange de tirs très nourris entre assaillants et patrouilleurs. Heureusement que l'armée qui appuyait la police s'est tirée d'affaires", a expliqué André Kampampa.

Le Maire de la ville de Kasumbalesa estime que ces attaques nocturnes qui sortent de l'ordinaire sont les fruits de détenus qui ont été libérés la semaine dernière en marge des manifestations populaires suite à la fermeture du couloir piétonnier qui sert de passage aux marchandises achetées de la Zambie.

" Ceci est consécutif à des soulevements qui ont eu lieu la semaine dernière, lesquels soulèvements ont conduit à faire fuir les prisonniers. Nous pensons que ce sont ces prisonniers qui ont quitté le lieu de détention qui cherchent à se venger. Dieu merci, nous avons l'armée et la police habiles pour ça et un accompagnement du chef de l'État lui-même qui veut la paix et la tranquillité ainsi que la population qui veut collaborer", a dit le Maire de la ville de Kasumbalesa.

La ville de Kasumbalesa tente de se remettre des soulevements de la semaine dernière suivie des affrontements entre les militants de l'Unafec contre ceux de l'Udps.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate