Ituri : plainte contre l’État après le massacre de Djugu

Illustration


En République démocratique du Congo (RDC), trois semaines après le massacre de quinze civils à Djugu, dans la province de l’Ituri, les familles des victimes ainsi que l’association Ente qui regroupe la communauté Hema, ont porté plainte devant la justice.

Une plainte a ainsi été déposée contre la milice armée, la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), auteur présumé du massacre. Une plainte également contre le gouvernement car la tuerie a été perpétrée à moins de 2 km d’une position de l’armée.

La population n’en peut plus, explique Jean Bosco Kisoké, président de l’Association des jeunes de la communauté Hema, joint par RFI : « Ce que nous voulons, c'est que la justice soit faite. Il y a longtemps que le président est passé par ici - c’était en juillet 2019 - pour qualifier ce qui s'est passé, une tentative de génocide. Après cela, rien n'a été fait. Les rapports des Nations unies aux droits de l'homme ont qualifié, en 2020, crime de guerre et crime de génocide, ce que la Codeco est en train de faire ici, en Ituri. Rien n'a été fait.

« L’attention du gouvernement est plus tournée vers l'est »

« Devant le Conseil des Nations unies aux droits de l'homme, la Codeco et le M23 ont été exclus du processus de paix parce qu’ils ont pris les armes contre la République mais vous allez voir que la manière dont on traite le M23, est différente de celle pour la Codeco.

« L’attention du gouvernement est plus tournée vers l'est du pays, le Nord-Kivu, poursuitJean Bosco Kisoké. Nous voulons que cette même attention de l’État congolais soit la même ici, pour la province de l’Ituri, parce que nous n’en pouvons plus. Nous avons compté beaucoup de morts. Nous sommes toujours atterrés et on se demande où est l'État. Or, l'État sans la population, l'État n'existe pas. La population qui est massacrée régulièrement paie les taxes de l'État et on participe à tous les devoirs de l'État mais, pour sécuriser la population, c'est tout un problème. On se demande quel est le rôle vraiment de l'État. Les civils ont été capturés à moins de 2 km des Forces régulières. C'est inacceptable ! »

Avec RFI

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • Ituri : 5 otages dont une femme libérés des mains des miliciens par la MONUSCO
  • Ituri : 7 blessés après explosion d'engins placés par les ADF à Irumu
  • Ituri : situation « insupportable », le cri d’alarme après un weekend couvert de sang

  • Post Tags


    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments