img

Actualités

Sécurité

Après l'attaque des rebelles ADF à Ndalya dans le territoire d'Irumu en province de l'Ituri, le dimanche dernier, la convention pour le respect des droits de l'homme (CRDH/Irumu) alerte sur la présence des assaillants pas trop loin de l'entité précitée.

Selon cette structure, c'est une otage libérée ce lundi 15 février 2021, qui a alerté après sa libération. C'est ainsi que la CRDH invite les autorités à prendre des mesures nécessaires pour protéger la population civile.

" Il y a une otage que les assaillants ont libéré. Elle est en train de témoigner que l'ennemi n'est pas très loin de Ndalya. L'ennemi est en train de circuler dans l'entité. C'est pourquoi, nous lançons un message au président de la République que la situation d'Irumu doit lui préoccuper. Si il a le souci de sa population, il doit lancer les opérations militaires dans la région pour traquer les rebelles ADF", explique Christophe Munyanderu, coordonnateur de la CRDH/Irumu à election-net.com.

Il sied de rappeler que la situation était confuse dimanche dernier à Ndalya suite à l'incursion des rebelles ADF en pleine journée. Une attaque qui a coûté la vie à au moins 17 civils dont certains étaient tués dans une église en pleine prière dominicale.

Entre-temps la version des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) reste attendue pour clarifier certaines zones d'ombre autour de la situation sécuritaire qui prévaut au village de Ndalya et ses environs.

Dieubon Mughenze

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate