img

Actualités

Économie

Les travaux de construction du pont de la Rivière Dingilipi reliant le centre ville d'Isiro à l'aéroport national d'Isiro-Matari sont entrés dans leur dernier virage.

Lancés il y a quelques jours de cela par le Gouverneur de la province du Haut-Uele, Christophe Christophe Baseane Nangaa, ce chantier a vu des ingénieurs de l'office des routes défilés pour la pose des bus à béton fabriqués surplace par des techniciens locaux.

Trouvé surplace, l'ingénieur chef de chantier a rassuré sur la solidité de l'ouvrage capable de supporter jusqu'à 60 tonnes de marchandises grâce au remplacement des vétustes bus Armeco, héritage de l'époque coloniale par des bus à béton, plus résistantes.

Se confiant à election-net.com, le technicien précise que l'ouvrage à élargir sur 15 mètres de largeur permettra désormais le passage simultané des deux véhicules.

"Nous sommes en train d'installer une batterie des bus à béton pour permettre à la province du Haut-Uele des ponts dignes de son rang conformément à la vision du Gouverneur Christophe Baseane Nangaa qui nous a fait confiance", a-t-il indiqué.

Quant au ministre des infrastructures, Norbert Mandana, il a fait remarquer que l'affaissement et la volonté du Gouvernement provincial d'élargir cette artère vitale pour le chef-lieu du Haut-Uele sont les principales motivations des autorités à s'occuper singulièrement de ce pont.

Pendant ce temps, les autorités provinciales ont suspendu la circulation des engins roulant sur cette route afin de permettre aux ouvriers de s'occuper convenablement des travaux qui devront durer jusqu'au milieu de la semaine prochaine.

Le ministre des infrastructures a, en outre invité les usagers de cette route à respecter le dernier communiqué desaffectant cette artère jusqu'à la fin des travaux de remplacement du pont démoli avant de mettre en garde des "politiciens mal intentionnés" qui voudraient instrumentaliser cette décision pourtant salutaire pour la population.

"Que les gens ne pensent pas que nous avons improvisé ce chantier. Il y a eu une étude de faisabilité et les conclusions de celle-ci nous ont permis d'avoir une idée claire de ce que nous volons effectivement faire", a-t-il rassuré.

Il faut rappeler que depuis le lancement de la fabrication de ces bus à béton par des experts ougandais et congolais en avril dernier, le Gouvernement provincial a pu en produire 597 et déployés plusieurs dizaines sur des chantiers d'infrastructures disséminés à travers la province dans un Haut-Uele qui ambitionne de tourner la page des ponts en grumes, héritage de l'époque coloniale afin de s'adapter au contexte moderne.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate