img

Actualités

Politique

Alors que l'Union sacrée a déjà fortement avancée avec les consultations présidentielles , qui ont abouti à la nomination d'un informateur pour dégager une nouvelle majorité parlementaire, les départs de certains cadres du FCC suscitent l'émoi au sein de cette plateforme politique.

Pour le président du parti Avenir du Congo ,ACO, en réunion avec les députés et sénateurs de son parti politique samedi 09 janvier au siège du parti à Kinshasa, il n'y a aucun problème au FCC, susceptible de pousser les députés et cadres du FCC à aller adhérer à l'Union Sacrée. Si ces derniers ont traversé, c'est à cause de leurs intérêts égoïstes précise-t-il.

"C'est pour leurs propres intérêts qu'ils ont traversés de l'autre côté, les intérêts égoïstes. Chacun cherche un positionnement, et c'est comme ça, vous allez voir que le chef de l'État sera en difficulté, parce qu'ils chercheront à tout prix avoir un poste. C'est comme ça, je demanderais que là où ils sont partis, que l'on soit sage afin de le bloquer et cela permettra que l'on rentre dans la réalité. Au niveau du FCC il n'y a pas eu un problème. Le vrai problème c'est que les gens veulent se positionner. C'est un problème des individus qui partent en regardant leurs intérêts" a-t-il dit au micro d'Electionnet.com et d'ajouter :

" Ceux qui évoquent un problème de management, c'est seulement pour trouver un échappatoire pour justifier leur traversé et nous sommes au courant. Quand quelqu'un veut aller pour demander un poste, qu'il ne tromper qu'il a eu un problème de management au FCC.
Ils devraient plutôt être responsable. Quand l'équipe est en train d'échouer sur terrain, il ne s'agit pas là de la faute d'une personne mais c'est la faute de tous, et là où ils étaient il devraient se battre" a déclaré Patrick Bologna Rafiki.

Ce dernier dit rester au FCC jusqu'à ce que Félix Tshisekedi et Joseph Kabila vont réparer les tirs.

Joël Mesa Nzuzi

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate