img

Actualités

Société

La société civile forces vives et nouvelle société civile du territoire de Watsa viennent de constater avec regret le non respect des accords signés vis-à-vis de la communauté locale autour du dossier des orpailleurs de la carrière Gima.

Elle l'a fait savoir dans une interview accordée à election-net.com le mercredi 15 juillet 2020 suite à la marche de colère organisée le même mercredi par les orpailleurs de cette contrée pour exiger le départ immédiat et sans condition de l'administrateur du territoire de Watsa accusé par eux d'avoir participé aux opérations de déguerpissement opérées dans la contrée au profit de Kibali Gold Mining au détriment des exploitants miniers artisanaux.

Jean Cephas Gomisame, coordonnateur territorial de la nouvelle société civile de Watsa indique que la situation qui dégénère à ce jour est le dossier de la carrière de Gima dont Kibali Gold Mine se réclame paternité sans y avoir posé un quelconque poteau de signalisation.

Il note que la situation était pire en telle en sorte que les manifestants ont brûlé des pneus, barricadé la route en protestation contre l'Administrateur du territoire

Le deux structures recommandent un dialogue le plus tôt que possible entre l'État congolais, la société Kibali, les orpailleurs et la société civile pour arriver à trouver la solution quant à ce.

"Mêmes les orpailleurs réclament le dialogue car selon eux , ils avaient déjà posé le problème au général de la police nationale congolaise et ce dernier leur avait promis qu'il y aurait dialogue et indemnisation des fonds alloués par la société, mais jusque-là, sans suite", précise la structure

Cette structure citoyenne appelle la population au calme et l'État congolais d'accepter le dialogue comme exige recommande les orpailleurs.

Dieu-merci BETIMA, Isiro

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate