Haut-Katanga : le ministre des Mines au cœur du rififi dans le secteur minier ?

Photo d'illustration


Les exploitants artisanaux traversent une des périodes les plus difficiles dans la province du Haut-Katanga depuis près d'un mois. À la base, l'envahissement des carrés miniers dont ils disent détenir des contrats en bonne et dûe forme.

Le premier à payer les pots cassés à été l'entreprise Fundi Mining située vers Mwandigusha à quelques 70 Km de la ville de Likasi. À la surprise générale des agents, une forte équipe des militaires et des policiers envoyés par Georges Mawine le ministre provincial des Mines dans le Haut-Katanga ont envahi cette concession et se sont livrés à une exploitation qui s'apparente à un pillage systématique.

Des dizaines, des centaines de travailleurs se retrouvent au chômage par cette oeuvre et les investisseurs passent leur temps à frapper aux bureaux de la Gecamines, auditorat militaire, police des mines et gouvernorat.

" finalement nous nous demandons si réellement les autorités en province accompagnent le chef de l'État ou non. Comment peut-on envahir une entreprise qui détient tous les documents en ordre. Mettre au chômage autant des jeunes et surtout décourager les investisseurs qui paient l'impôt et les taxes. C'est vraiment triste pour le Congo" a expliqué un syndicaliste en appelant le gouvernement centrale à ouvrir l'oeil et le bon.

Le Site de SOKOROSHE 3 convoité ?

Depuis le vendredi 25 Novembre 2022, le même scénario a été réédité dans la concession minière de SOKOROSHE 3 situé à 43 Km de la ville de Lubumbashi sur la Route Likasi(Haut-Katanga).

Selon les creuseurs(artisanaux miniers) encadrés par la Coopérative Minière Atisanal du Katanga (COMAKAT), des militaires et des policiers ont fait irruption dans la concession minière et ont cassé tout sur leur passage: campement, tentes et d'autres outils de production.

Le jour suivant, Mr Georges Mawine,ministre provincial des Mines accompagné de la Garde Républicaine s'est présenté sur site en promettant d'y installer sa société " *FPMD* " une de ses firmes alors que la COMAKAT est toujours en contrat avec la Gecamines.

Des sources proches de la Gecamines confient que le Contrat entre la COMAKAT et la Gecamines est toujours cours de validité et qu'il n' y aurait aucune raison de le résilier en ce moment. Ce que rejette le ministre provincial des Mines qui dit "exécuter une décision de la Gecamines" sans pour autant avancer des soubassements.

Du rififi dans le secteur minier

Des sources concordantes à la Gecamines, Division des mines et même Saemape affirment que cette pratique est devenue monnaie courante depuis l'avènement de l'actuel ministre provincial des Mines dans la province du Haut-Katanga.

On recourt à la terreur et on exploite d'une manière anarchique au moment où les ayant droit sillonnent les bureaux pour des démarchent administratives et juridiques. Les équipes du ministre évacuent 100 à 150 camions Howo par jours sachant que les autorités de Kinshasa remettent toujours les investisseurs dans leurs droits ce qui est en passe de se produire à Kateketa un autre site qui a subit le gangstérisme du ministre.

" il n'est pas étonnant que le ministre célèbre à longueur de journées les millions qu'il engrage dans ses comptes et aussi la folie de son fils dans les boîtes de nuit", confie une source au gouvernorat 

Des allégations réfutées par les proches du ministre qui louent "l'orthodoxie de leur boss" comme étant un des ministres exemplaires. Mis au courant de cette cacophonie, les députés ont adressé une question orale avec débat au ministre pour 'expliquer sur ce dossier.

Powered by Froala Editor


Post Tags


leave a reply

Comments