img

Actualités

Politique

Depuis la "répression sanglante" de la manifestation du mardi 18 janvier par les forces de l'ordre, le gouvernement provincial du Haut Katanga est dans une véritable tourmente.

Premièrement, plusieurs organisations le pointe comme le véritable commanditaire de la répression brutale contre les manifestants dont députés nationaux qui réclamaient la libération du pasteur Daniel Ngoy Mulunda arrêté depuis une année.

Alors que les arguments avancés par le porte-parole du gouvernement Kyabula n'ont pas réussi à disculper totalement le chef de l'exécutif provincial, c'est une communicatrice indépendante reconnue proche du "Liwali" et qui travaille pour la visibilité des actions du Gouverneur qui a proféré des" propos injurieux contre les notables de la province pour "avoir accusé le Gouverneur".

Très vite, le cabinet du Gouverneur Jacques Kyabula a réagi en prenant des distances avec les propos de la journaliste-influenceuse.

"L’opinion a suivi les propos virulents et injurieux sous forme de messages vocaux de madame Denise Mukendi Dusauchoy diffusés sur certains réseaux sociaux depuis quelques heures" relève la mise au point du cabinet de Jacques Kyabula

"Ces propos n’engagent que son auteure et ne peuvent en aucun cas être liés au Gouvernement Provincial du Haut-Katanga ni au Gouverneur de Province.
Ainsi, le Cabinet du Gouverneur condamne-t-il de la manière la plus ferme, les propos injurieux et les menaces proférées contre des paisibles citoyens sans considération aucune des règles élémentaires de convivialité et du vivre-ensemble."

Et d'insister

"Par ailleurs, le Cabinet du Gouverneur du Haut-Katanga tient à informer l’opinion qu’il n’a jamais mandaté et n’envisage pas de mandater madame Denise Mukendi pour s’exprimer ou communiquer pour le compte du Gouvernement Provincial du Haut-Katanga ou du Gouverneur de Province." conclu le directeur de cabinet du gouverneur.

Dans son message Vocal, Denise Desauchoy s'en prend aux personnes qui"osé" remettre en cause la non implication de Jacques Kyabula dans la répression contre la manifestation demandant la libération de pasteur Daniel Ngoy Mulunda, ancien président de la Commission électorale nationale indépendante. Elle promet que ces gens seront" colonisés".

La Rédaction

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate