img

Actualités

Éducation

Kinshasa abrite à partir de ce 22 août à Kempiski Fleuve Congo Hôtel, un forum pour parler et trouver les modalités pratiques de la gratuité de l’enseignement primaire. Cette disposition légale n'a jamais été d'application. Mais tout porte à croire que cette fois-ci, cela va être une réalité. En attendant de voir comment les pouvoirs publiques vont s'y prendre pour venir à bout de la contrainte financière que requière la mise en place effective de cette gratuité, les choses se précisent, sur le papier.
La table ronde de ces trois jours à Kinshasa va être décisive.
Déjà hier mercredi dans une conférence de presse, le ministre intérimaire de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), Emery Okundji, annonçait les couleurs de ce grand événement de ce jour dénommé ‘’Table ronde sur l’opérationnalisation de la gratuité de l’éducation de base’’. Un rendez-vous de tous les partenaires éducatifs pour engager des débats pendant trois jours sur le cadre légal et réglementaire, le financement, les conditions d’accueil des élèves, la formation des enseignants, la qualité des apprentissages et la gestion du sous-secteur de l’EPSP, en termes de rationalité, de transparence et de "redevabilité".

Emery Okundji dresse d’emblée la liste des frais de scolarité à supprimer dès la rentrée scolaire le 02 septembre prochain dans toutes les écoles publiques : le minerval, l’assurance, les frais d’identification des élèves, le bulletin scolaire et les frais scolaires imposés au niveau des provinces. « Le gouvernement de la république a pris en charge tous ces frais. Les frais de fonctionnement seront alloués mensuellement aux écoles, mais aussi les frais de bureau gestionnaire, les frais de fonctionnement des Proved », rassure Emery Okundji qui met déjà tous les responsables des écoles en garde qui s’harderaient à faire payer tous ces frais supprimés. « Ceux qui l’ont fait, doivent restituer l’argent aux parents et attendre les conclusions de la table ronde », recommande-t-il fermement.

Pas question non plus du paiement de frais dits de ‘’motivation’’ des enseignants par les parents car, rassure Emery Okundji, le Gouvernement, en dehors du rajustement des salaires, va octroyer par exemple en ce qui concerne les enseignants de Kinshasa, une prime de transport et de logement.
Emery Okundji a tenu à mettre en garde ceux des promoteurs des écoles qui s'amuseront à ne pas obtempérer. Sur ce point précis, l'État pourra sévir.

Élection-net/ scoop rdc

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate