img

Actualités

Société

Aimé Paluku, journaliste de la RTNC/Goma a été libéré par la police ce samedi 25 juillet 2020, et cela après l'intervention du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

L'organisation Journaliste en danger (JED) se félicite de cette libération mais dénonce les abus du pouvoir récurant de la part des autorités. 

Le secrétaire général de JED estime que ce journaliste n'aurait jamais dû être arrêté par la police. ''pour nous, il s'agit là d'un cas typique d'abus du pouvoir, parce que de plus en plus, on enregistre des cas où des journalistes sont interpellés de manière tout à fait irrégulière et détenus par la police ou par certains services de sécurité'', a t-il indiqué 

Cependant, il a rappelé à toutes les personnes qui sont détentrices du pouvoir et qui en abusent que la liberté de la presse au pays reste reconnue et garantie. Et, c'est une obligation pour ces personnes détentrices du pouvoir à respecter cette liberté. 

''Dans une démocratie, personne n'a le droit de se rendre justice même si on a été mis en cause dans les articles de presse, il n'appartient à personne de pouvoir se rendre justice, il existe de procédures et instances qualifiées pour reconnaître des infractions commises par les journalistes et que donc toute autre procédure relève d'un abus du pouvoir que nous dénonçons'', a t-il chuté.

En rappel, Aimé Paluku était arrêté par la police nationale congolaise le vendredi 24 juillet 2020 à Goma, pour avoir diffusé dans les réseaux sociaux un reportage dans lequel le chauffeur d'un taxi bus s'était plaint d'avoir payé les policiers de circulation routière, ''une fausse information'' selon la police.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate