France : l’ex-épouse du tueur en série Fourniret devant les assises pour complicité de meurtre

L’ex-épouse du tueur en série Fourniret. Ph de tiers


Elle sera seule dans le box de la cour d’assises de Hauts-de-Seine face à des familles qui attendent depuis des décennies : Monique Olivier, l’ex-femme du le violeur et tueur en série Michel Fourniret, décédé en 2021, va comparaître durant trois semaines pour complicité dans les enlèvement, séquestration et meurtre aggravé de deux femmes, Marie-Angèle Domece en 1988 et Joanna Parish en 90, et enlèvement et séquestration suivi de mort de la petite Estelle Mouzin, 9 ans, en 2003.

« Prisonnier aimerait correspondre avec personne de tout âge pour oublier solitude », c’est par cette petite annonce que Michel Fourniret, emprisonné pour agressions sexuelles, entre en contact avec Monique Olivier. À « sa mésange », Michel Fourniret rabâche son obsession pour les jeunes filles vierges. À son « fauve », Monique offre son aide et demande de tuer son ex-mari violent. Cet assassinat n’aura pas lieu.

Dès sa sortie en 1987 Monique Olivier aide Michel Fourniret à enlever Isabelle Laville, le stimule sexuellement avant le viol, l’aide à disposer du corps.

Ce n’est qu’en 2003 que le parcours meurtrier du couple s’arrête : Michel Fourniret sera finalement condamné pour trois agressions et huit meurtres à la perpétuité incompressible ; à ses côtés, Monique Olivier écope elle de la perpétuité pour complicité dans cinq de ces homicides. Mais cette fois, elle sera seule pour répondre d’affaires vieilles de 20 à 35 ans.

Quel rôle ?

La question de son rôle dans cette dynamique meurtrière, qui divise les experts, ne manquera pas d’être à nouveau explorée. Mais au-delà de l’implication de Monique Olivier dans ces trois dossiers, qu’elle a déjà reconnus, les parties civiles espèrent obtenir des indications pour retrouver les corps d’Estelle Mouzin et Marie-Angèle Domèce. Voire sur d’autres crimes, puisqu’une vingtaine d’ADN féminins retrouvés sur des matelas du couple n’ont pas été identifiés.

Or, pour son avocat, Monique Olivier a déjà « tout dit » et il n’est pas question que ce procès porte sur autre chose que les faits poursuivis. 

Avec RFI

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • La France en passe d'inscrire l'avortement dans la constitution
  • L’activiste Kemi Seba pourrait se voir retirer sa nationalité française
  • M23 : ces 4 exigences du Rwanda pour ramener la paix à l'Est de la RDC

  • Post Tags


    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments