img

Top News

Trending

Économie

Photo d'illustration

Un conflit oppose les actionnaires de la filiale d’Afriland First Group (95,6%) en République démocratique du Congo depuis au moins un an. L’actionnaire majoritaire accuse l’ancien directeur général de la banque et actionnaire minoritaire, aujourd’hui décédé dans des circonstances jugées obscures, de malversations financières

De leur côté, les actionnaires minoritaires reprochent à la holding bancaire de droit suisse, fondée et contrôlée par le milliardaire camerounais Paul Kammogne Fokam, de percevoir des dividendes «indus » et de spolier l’établissement de crédit à travers des contrats d’assistance technique. Aujourd’hui, le conflit a pris une dimension politico-judiciaire. 

Depuis le 20 juin 2022, la filiale d’Afriland First Group (AFG) en République démocratique du Congo est « mise sous la gestion d’un comité d’administration provisoire ». C’est la quintessence d’un « avis au public » publié le même jour par la gouverneure de la banque centrale du Congo (BCC), Marie-France Malangu Kabedi Mbuyi.

Le document signé par cette économiste congolaise, bien connue au Cameroun pour y avoir exercé comme représentante-résidente du FMI, désigne aussitôt les sept membres qui constituent le comité de gestion provisoire de cet établissement de crédit congolais, dont AFG, holding bancaire de droit suisse, fondée et contrôlée par le milliardaire camerounais Paul Kammogne Fokam, et qui revendique 95,6% du capital.

La décision prise par  la gouverneure de la BCC survient quelques jours seulement après la session du Conseil des ministres tenue le 3 juin 2022. À cette occasion, le ministre des Finances du Congo, Nicolas Kazadi, par ailleurs président du Comité de stabilité financière, a insisté sur « l’impérieuse nécessité d’une résolution ordonnée des difficultés actuelles notées à Afriland RD Congo, dans la stricte application et exclusive de la loi bancaire par la banque centrale du Congo ».

En effet, selon Afriland First Group, la décision de placer la banque sous administration provisoire semble satisfaire la BCC qui n’aurait pas toujours joué franc jeu dans le conflit qui oppose les dirigeants et actionnaires de cette institution bancaire, depuis le second semestre de l’année 2021.

Pour l’heure, ni les responsables d’AFG, ni les autorités monétaires congolaises n’expliquent les véritables ressorts de la crise qui secoue Afriland First Bank RD Congo. L’on note simplement qu’alors qu’au 30 juin 2021, la banque jouissait « d’une excellente situation financière, avec des fonds propres de base de 48,4 millions de dollars (plus de 30 milliards de FCFA), et respectait tous les ratios prudentiels ».

Pour cette holding bancaire made in Cameroun et une des banques  camerounaise les plus courtisées au 237, vu  l’’actualité au sein d’Afriland First Bank RD Congo, tout  porte à croire  que la holding bancaire de Paul Kammogne Fokam traverse une période de turbulence. En effet, en l’espace de moins de 2 ans, le groupe bancaire fondé par cet opérateur économique camerounais a soit cédé (CCEI Bank Guinée équatoriale), soit engagé le processus de liquidation (Afriland First Bank Uganda) de deux de ses filiales.

Source : Investir au Cameroun.

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate