img

Actualités

Internationale

Les États-Unis imposent des sanctions aux hauts fonctionnaires de la République-Unie de Tanzanie, notamment des restrictions de visa à compter de ce mardi 19 janvier.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo accuse les responsables tanzaniens d'avoir "sapé des élections générales du 28 octobre 2020 en Tanzanie".

''Les actions de ces responsables ont renversé le processus électoral, poursuivant la trajectoire descendante de la démocratie du pays. Les observateurs électoraux et la société civile ont relevé des irrégularités généralisées ainsi que des violations des droits de l'homme avant, pendant et après les élections'', indique Pompeo dans un communiqué de presse publié mardi dont une copie est parvenue à la rédaction d'ELECTION-NET.

En effet, Pompeo, fustige l'arrestation et harcèlement des candidats de l'opposition y compris certains journalistes lors du processus électoral : ''Les candidats de l'opposition étaient régulièrement disqualifiés, harcelés et arrêtés. Les irrégularités de vote importantes et généralisées, les perturbations d'Internet, l'intimidation des journalistes et la violence des forces de sécurité ont rendu cette élection ni libre ni équitable. Les dirigeants de la société civile restent menacés pendant la période post-électorale, et les dirigeants de l'opposition ont fui le pays par crainte de leur sécurité''.

Par ailleurs, les Etats-Unis exhortent le Gouvernement tanzanien à demander des comptes aux responsables des élections frauduleuses, de la violence et de l'intimidation tout en soulignant que ces sanctions '' ne sont pas dirigées contre le peuple tanzanien'' conclut le communiqué.

Il sied de rappeler, Le président de la Tanzanie, John Magufuli, a été déclaré vainqueur de la présidentielle le 30 octobre 2020 avec 84,39% des suffrages exprimés bien que l’opposition avait d’ores et déjà rejeté en bloc l’élection, criant à la fraude massive.

ELECTION-NET avec le département d'État américain

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate