img

Actualités

Société

24 mars 2020- 29 avril 2020, cela fait exactement 38 jours depuis que le président Félix Tshisekedi a décrété l’Etat d’urgence sanitaire en RDC. Ce, pour limiter la propagation du coronavirus dans le pays.

Une annonce suivie des plusieurs autres mesures entre autres, la fermeture des Bistrots et Bars, Restaurants, Boites de Nuit. Mais aussi la suspension des Cultes religieux, la fermeture des Ecoles et Universités ainsi que l’imposition des services minimum dans les services publics et privés. Des mesures qui ont eu directement un impact sur le vécu de la population Tshopolaise.

1.Sur le plan social

La déclaration de l’Etat d’urgence suivi des mesures barrières pour freiner la propagation du coronavirus a impacté sur le social de la population. Avec la fermeture des écoles, université, cultes et autres, certaines familles ont du mal a nouer les deux bouts du mois et surtout celles qui vivent des petits activités commerciales liées à ces endroits.

Mais également la flambée des produits des premières nécessités sur les marchés, a fortement bousculé le panier de la ménagère boyomaise.

2. Sur le plan économique

Il s’observe une certaine carence des produits de premières nécessités ainsi que des denrées alimentaires sur les marchés de Kisangani. Cela s’explique par le manque de ravitaillement des commerçants vu la fermeture de certaines frontières.

En ce qui est des denrées alimentaires qui, en grande partie, proviennent des périphéries de la ville, les commerçants refusent de venir en ville sous prétexte qu’il y à le coronavirus. Du coup, une forte carence s’observe, entraînant l’augmentation des prix.

Mais aussi, l’annonce de l’Etat d’urgence sanitaire a influé sur la monnaie. Le franc congolais s’est vu déprécié sur le marché face au dollar américain. 1 dollars qui se changeait à 1600 Fc avant l’Etat d’urgence s’est vu augmenté de 1700 à 1850 Fc pour un dollars américain.

3. Sur le plan de l’Education

Cela fait 37 jours sans écoles ni universités pour les élèves et étudiants de Kisangani. Interrogés sur la question, certains parents affirment que les enfants commencent à oublier les matières apprises à l’école vu le temps passer à la maison. Pour les étudiants c’est la peur de l’année blanche, du moins pour ceux qui avaient déjà payé la première tranche craignant de ne pas être remboursée.

L’Etat d’urgence a été déclaré le 24 mars 2020 par le Président de la République pour lutter contre la propagation de la pandémie du coronavirus qui frappe le pays depuis le 10 mars 2020.

Pompon BEYOKOBANA depuis Kisangani

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate