Commerce de l'or : ces non-dits du deal congolo-émirati

Photo d'illustration


C'est par l'entremise de la nouvelle société de droit congolais Primera Gold RDC S.A, que la République Démocratique du Congo (RDC) a organisé le vendredi 13 janvier une première expédition d'or vers les Emirats Arabes Unis. Et ce, dans le cadre l'accord de partenariat signé entre les deux pays.

La presse présidentielle a, à cette occasion fait savoir que " cet accord a l'avantage de garantir des bonnes conditions de travail et de vie aux creuseurs artisans vivants dans l'Est du Congo plus précisément ceux du Sud-Kivu réunis en coopérative. Ceux -ci pourrait dès lors avoir directement au partenaire, sans intermédiaire, devenant ainsi partie prenante au processus".

" Plus concrètement, Primera Gold garantira un salaire décent aux creuseurs, et va leur assurer un revenu régulier, la bancarisation, une gamme d'assurance ainsi que l'accès aux soins de santé et l'éducation pour leurs familles. Cela, à en croire les experts, fait partie des exigences qu'imposent les règles du commerce équitables fondées sur le principe "gagnant-gagnant" (Win-win)", a ajouté la presse présidentielle.

La presse présidentielle n'a cependant pas révélé ni les termes dudit accord ni moins encore les dividendes à tirer par les deux parties ou encore les mécanismes de montage de la société Primera Gold à travers laquelle ce commerce voulu équitable sera réalisé.

le Magazine Jeune Afrique a révélé ce lundi 16 janvier dans un article publié sur son site internet consulté par election-net.com ce qui peut-être considéré comme les non-dits de ce partenariat commercial signé entre la RDC et les Emirats arabes unis. 

" Les questions économiques et sécuritaires qui s'avèrent utiles en filigrane du commerce de l'or constituent également l'architecture de la campagne électorale qui s'annonce, en prévision des scrutins congolais de décembre prochain. Candidat à sa propre succession, Félix Tshisekedi a décidé de marquer les esprits en scellant un accord destiné à entraver le trafic d'"or du sang" au profit de l'or "équitable", écrit Jeune Afrique.

D'après toujours ce magazine, " ce partenariat commercial entre la RDC et les Emirats Arabes unis prévoit le transfert de métal précieux " certifié " entre les deux pays. " Transparence inédite ", " encadrement social " et " volume " semblent les maîtres mots du deal congolo-émirati".

À la même source de poursuivre :

" Pour ce qui est de la traçabilité, la joint-venture Primera Gold DRC SA a été créée pour l'occasion, détenue à 55% par les Emirats Arabes Unis et 45% par la République Démocratique du Congo. Pour ce qui est de l "Encadrement social, il a été promis à 30 000 mineurs artisanaux un "revenu régulier ainsi que l'accès aux soins et à l'éducation pour leurs familles".

À en croire la même source, si au départ c'est 28 kg d'or " certifiés " qui ont été expédiés aux Emirats Arabes Unis le vendredi 13 janvier, l'accord prévoit une quantité d'une quinzaine de tonnes par an.

" Quant à la question des quantités de métal concernées, elle a été ouverte par l'expédition symbolique de 28 kg d'or " certifiés ", ce 13 janvier, lors d'une cérémonie à Kinshasa. Les deux pays espèrent transférer une tonne par mois, d'ici trois mois, puis à terme, une quinzaine de tonnes par an", révèle également Jeune Afrique.

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • RDC : la situation de la sucrière de Kwilu Ngongo attire l'attention de Tshisekedi
  • FLASH/ Nord-Kivu: un hélicoptère de la Monusco touché par des tirs
  • RDC : création d'un fonds de financement des zones économiques spéciales


  • leave a reply

    Comments