Cobalt en RDC: un regard sur les violations des droits de l'homme cachées derrière l'énergie propre ( Vidéo)

Un creuseur artisanal. Ph. Illustration


Les voitures électriques (VE) sont un aspect essentiel de l'énergie durable. Les smartphones sont une nécessité à notre époque. Chaque smartphone, véhicule électrique et autre appareil alimenté par batterie a besoin d'une ressource rare qu'est le cobalt. Près de la moitié des réserves mondiales de cobalt se trouvent dans une zone de 402 kilomètres du Congo appelée Copperbelt. Néanmoins, on ne prête pas suffisamment attention aux travailleurs qui extraient ce cobalt et au dur labeur qu'ils accomplissent. Dans son livre intitulé Cobalt Red : How the Blood of the Congo Powers Our Lives , Siddharth Kara a effectué des recherches approfondies sur les conditions de vie de ces mineurs et a partagé ses conclusions. Dans une interview accordée à Newsweek, il a parlé de son livre, des implications géopolitiques du contrôle de la Chine sur l'exploitation du cobalt, de ce que les entreprises devraient faire pour améliorer les conditions des mineurs, et de bien d'autres sujets.

Q _ Pourquoi ce livre ? Pourquoi maintenant?

SK :Presque toutes les batteries rechargeables au lithium-ion dans le monde contiennent du cobalt, et près des trois quarts de ce cobalt sont extraits dans des conditions épouvantables au Congo. Jamais dans l’histoire de l’humanité il n’y a eu autant de souffrance qui a généré autant de profit qui a touché directement la vie de plus de personnes dans le monde. La plupart des gens ne sont pas au courant de cette tragédie, et c’est pourquoi j’ai écrit Cobalt Red. Le lecteur entendra directement des Congolais eux-mêmes comment ils vivent, travaillent et meurent pour permettre nos vies rechargeables.

Vous décrivez les conditions déplorables auxquelles sont soumis les mineurs artisanaux au Congo pour que le monde industrialisé puisse avoir des smartphones, des véhicules électriques (VE) et plus encore. Que peut-on faire pour améliorer les conditions de vie et de travail des personnes en bas de la chaîne d’approvisionnement ?

Les entreprises de technologie et de véhicules électriques en contact direct avec les consommateurs doivent accepter la responsabilité des personnes qui travaillent au bas de leurs chaînes d’approvisionnement. C’est un concept simple, mais pour une raison quelconque, la plupart de ces entreprises choisissent plutôt de publier des déclarations de relations publiques vacantes sur le maintien des normes en matière de droits de l’homme tout en fermant les yeux sur l’exploitation des personnes qui raflent leur cobalt.

Le cobalt est toxique au toucher et à respirer, mais les jeunes mineurs comme celui-ci à Kolwezi le font quotidiennement.

Les véhicules électriques sont salués comme l’avenir des transports, pour protéger le monde des émissions de carbone. Pourtant, la quantité de cobalt requise pour les batteries de véhicules électriques est un problème important. Le coût humain de l’extraction du cobalt en vaut-il la peine ? Et y a-t-il assez de cobalt au Congo ou ailleurs ?

Nous ne devons pas tolérer un avenir vert qui est réalisé par des actes de violence contre le peuple et l’environnement du Congo. Les fabricants de véhicules électriques savent que le temps presse pour les réserves de cobalt, car la demande dépassera de loin l’offre au cours des prochaines décennies. Des chimies alternatives pour les batteries sont en cours de développement, mais cela n’exonère aucune de ces entreprises des dommages causés par l’extraction du cobalt jusqu’à présent et pour les années à venir.

L’une des principales priorités chinoises a été d’acquérir des mines de cobalt et de dominer le marché de son traitement. Quelles sont les implications de cela pour les travailleurs au Congo? Les implications géopolitiques?

La Chine a accaparé la chaîne d’approvisionnement mondiale du cobalt avant que quiconque ne réalise ce qui se passait. Ils dominent l’extraction du cuivre-cobalt en RDC, ils dominent le raffinage des métaux des batteries EV et ils dominent la fabrication des batteries rechargeables. Les États-Unis tentent de rattraper leur retard, mais il n’y a pas d’entreprises américaines opérant en RDC, et il n’y a pas encore suffisamment de sources alternatives connues de cobalt pour arracher le contrôle de la chaîne à la Chine.

Votre livre renforce-t-il les arguments en faveur de plus d’exploration et de développement en Amérique du Nord ? Cela renforce-t-il également les arguments en faveur du recyclage du cobalt ? Ou cela couperait-il une bouée de sauvetage économique pour le peuple congolais ?

Le monde se démène pour trouver d’autres gisements de cobalt, y compris ceux sous le fond de l’océan, mais il faudra des années de développement pour mettre ces ressources sur le marché. Les technologies de recyclage actuelles doivent encore être améliorées pour maintenir le rendement de haute qualité nécessaire aux batteries de véhicules électriques. Ces initiatives permettront de répondre à la demande future.

Dans la loi sur la réduction de l’inflation, le Congrès a fixé des conditions exigeant qu’un pourcentage minimum de minéraux et de composants pour les batteries de véhicules électriques provienne des États-Unis et de leurs alliés. Êtes-vous d’accord avec cette politique?

Il est certes important d’essayer de diversifier la chaîne d’approvisionnement, mais une telle politique ne contribue guère à réduire les dommages subis chaque jour au Congo.

Lire Aussi:
  • RDC : la justice menace d'arrêter quiconque doute du suicide de Chérubin Okende
  • RDC : après les IXes jeux de la Francophonie, Isidore Kwandja surprend
  • RDC/Okende Gate : " c'est une dérive autoritaire alarmante" C. Lubaya au PG près la Cour de Cassation
  • La région du Katanga en RDC détient plus de réserves de cobalt que le reste de la planète réuni. Ici, l’autoroute reliant Kolwezi à Lubumbashi, une partie critique de la ceinture de cuivre, où les batteries fabriquées à partir de ce cobalt sont pratiquement inexistantes.

    Que doivent faire les entreprises pour avoir un impact positif sur les abus que vous décrivez dans votre livre ? Y a-t-il des choses que la personne moyenne peut faire ?

    Les entreprises devraient simplement faire ce qu’elles disent faire. Établir des mécanismes pour inspecter et auditer de manière fiable leurs chaînes d’approvisionnement, jusqu’au niveau de l’exploitation minière artisanale. Appliquer vigoureusement et systématiquement les principes des droits de l’homme et de durabilité. Traitez les mineurs artisanaux du Congo de la même manière qu’ils traitent les employés du siège social. Investissez dans les communautés locales pour rendre une partie de leurs immenses bénéfices aux personnes qui rendent ces bénéfices possibles. À ce stade, les individus ne peuvent pas faire grand-chose pour s’assurer que les entreprises de technologie et de véhicules électriques adoptent ces politiques, à part continuer à sensibiliser et à faire pression pour le changement.

    Quelle a été la chose la plus surprenante que vous ayez apprise en faisant des recherches sur ce livre ?

    J’ai été surpris de voir à quel point les réalités sur le terrain au Congo étaient complètement contraires aux histoires racontées au sommet de la chaîne. Je m’attendais à ce que les récits promulgués par les entreprises de technologie et de véhicules électriques assainissent la vérité dans une certaine mesure, mais la réalité du terrain était une horreur diamétralement opposée à l’image peinte par les parties prenantes en dehors du Congo. C’était comme si j’étais entré dans un univers alternatif, un univers dans lequel l’horloge morale avait été remontée des siècles à une époque où la base de l’échange avec les peuples d’Afrique était uniquement motivée par la violence, la piraterie et le mépris total de leur humanité.


    Powered by Froala Editor



    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments