img

Actualités

Internationale

Sécurité

Les quatre militaires français opérant sous la bannière de l'ONU arrêtés il y a trois jours en Centrafrique et accusés sur les réseaux sociaux d'avoir voulu "assassiner" le chef de l'État ont été remis en liberté sans poursuites depuis le jeudi 24 février.

Selon nos confrères de France 24, cette libération est intervenue en vertu de l'accord qui régit les relations entre la Mission de maintien de la paix de l'ONU (Minusca) et le gouvernement, « on ne peut pas les entendre devant un juge et, face à cet obstacle, le parquet a décidé de classer sans suite », a déclaré à l'AFP Didier Tambo, le procureur général près la cour d'appel de Bangui.

La même source indique que la veille, Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, avait exigé leur "libération immédiate", assurant que la procédure établie entre l'ONU et la Centrafrique en cas de soupçon d'infraction concernant des personnels onusiens "n'avait pas été respectée".

En rappel, les quatre soldats d'élite du corps de la Légion étrangère de l'armée française, de nationalités roumaine, italienne, bulgare et française, avaient été appréhendés lundi alors qu'ils étaient en treillis, lourdement armés et munis de leurs badges de la Minusca, à bord d'un véhicule blindé banalisé devant l'aéroport de Bangui.

Et l'ambassade de France et l'ONU avaient immédiatement indiqué qu'ils étaient membres de la sécurité rapprochée du général français Stéphane Marchenoir, chef d'état-major de la force de la Minusca, qui compte quelque 15 000 Casques bleus dans ce pays en guerre civile depuis 2013. Ils venaient de le déposer à l'aéroport où il prenait l'avion pour Paris.

Prince BAGHENI

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate