Burundi : plus de 900 concubines «chassées» de leurs ménages dans le nord du pays

Illustration


Au Burundi, les autorités ont lancé une campagne de lutte contre le concubinage, considéré comme un péché qui empêche le pays de se développer. Une mesure diversement suivie dans de nombreuses provinces. À Ngozi, dans le nord du pays, cette chasse aux concubines de leurs ménages a été lancée depuis le début de l'année. Le gouverneur de cette province a fait le bilan de cette opération en fin de semaines.

Désiré Minani parle de 900 concubines chassées jusqu'à la fin du mois d'avril dans sa province, ainsi que des conséquences négatives qu'elle a entraînées, notamment les abandons scolaires pour des milliers d'enfants ou encore des femmes jetées à la rue.

Le gouverneur ne cache pas sa satisfaction, même si 100 % des concubines recensées dans sa province n'ont pas pu être toutes chassées de leurs ménages, comme il l'a expliqué lors d'une conférence de presse.

« Nous avons fait sortir 900 concubines entre autres, des communes de la province de Ngozi. Notre objectif a été atteint à plus ou moins 85%. Nous avons également 3600 enfants affectés par le concubinage à Ngozi », dit-il.

Les enfants issus du concubinage, un casse-tête

Ces enfants sont devenus un véritable casse-tête pour l'administration explique le gouverneur de Ngozi : « Nous sommes en train de conjuguer les efforts avec les partenaires techniques et financiers de la province pour essayer de collecter les moyens nécessaires à faire scolariser les 3600 enfants qui risquent d'être une bombe à retardement si rien n'est fait. »

Et pour les 15% de concubines qui n'ont pas pu être chassées jusqu'ici, de vieilles femmes en ménage depuis longtemps, - certaines jusqu' 25 ans -, ou encore celles en ménage avec des musulmans, selon le responsable administratif.

Autre problème, après avoir chassé une concubine, les autorités obligent l'homme à vivre avec sa première femme et la concubine est ramenée chez ses parents, mais ce n'est pas toujours aussi simple, comme le reconnaît Désiré Minani.

« Nous avons trouvé également des concubines dont leurs parents sont décédés et leurs frères et ou sœurs ne les acceptent pas dans leur ménage. Tout projet doit avoir bien sûr des effets positifs et des effets négatifs. C'est toujours comme ça. ».

Mais le gouverneur de Ngozi persiste et signe. « Tous les concubins qui seront découverts à partir de maintenant seront considérés comme des criminels », dit-il.

Avec RFI

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • Burundi: les transports pratiquement paralysés par une sévère pénurie de carburant
  • Le Burundi face à sa pire pénurie d'essence
  • Le Burundi accuse le Rwanda d'être à l'origine de trois attaques à la grenade à Bujumbura


  • Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments