img

Actualités

Société

Les enseignants du territoire de Beni réunis au sein du syndicat des enseignants du congo(SYECO) invitent le gouvernement congolais à tenir sa promesse de la prise en charge des nouvelles unités et des non payés dans cette carrière avant une quelconque reprise des cours. A en croire le secrétaire permanent de ce syndicat , les enseignants nouvellement engagés ne sont payés depuis septembre 2019. Ainsi, la prochaine rentrée paraît hypothétique si les décideurs n'agissent pas à faveur de ces derniers.

" Si le président de la république aimerait que l'enseignement soit de qualité , nous crayons qu'il tiendra compte de notre cahier des charges. S'il ne parvenait pas à tenir compte du payement des nouvelles unités, il y aura un chaos. Je ne sais pas si un enseignant peut se présenter à l'école au moment où son collègue est entrain de souffrir. En plus, même les enfants seront dans la rue pour réclamer leur droit. L'enseignant a droit à son salaire", a déclaré Pascal Mwami Bulembo, secrétaire permanent du SYECO/Beni territoire.

Notons que les cours demeurent suspendus sur toute l'étendue de la République Démocratique du Congo (RDC) depuis mars 2020. Une décision prise par chef de l'état Félix Tshisekedi afin de lutter contre la propagation du Coronavirus. Toutefois, le ministre de l'enseignement primaire secondaire et technique, Willy Bakonga a indique que la reprise des cours interviendra ce mois de juillet sauf changement à la dernière minute.

Peu avant l'avènement du Coronavirus, le gouvernement avait lancé la procédure d'identification des enseignants nouvellement engagés pour une éventuelle prise en charge. Ce, dans le souci de concrétiser la gratuité de l'enseignement primaire prônée par le chef de l'état.

Dieubon Mughenze depuis Beni

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate