img

Actualités

Sécurité

La synergie de mouvements citoyens et groupes de pression annonce des manifestations du 24 au 29 janvier 2022 dans la ville de Beni au Nord-Kivu.

Une lettre d'information a été adressée à l'autorité urbaine par ces mouvements dont la LUCHA. Dans celles-ci, ils restent unanimes que les tueries se perpétuent pendant l'état de siège décrété par le Chef de l'État dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Au vu de cette situation, ces mouvements citoyens et groupes de pression estiment la venue de l'heure de lever cette mesure exceptionnelle.

"Malgré la forte collaboration entre les forces de sécurité et la population locale ainsi que des victoires annoncées par les FARDC sur les tueurs de Beni dans le cadre des opérations militaires en cours, les massacres à grande échelle se sont intensifiées ces derniers temps à Beni avec un bilan humain et matériel extrêmement élevé pourtant pendant la période de l'état de siège ou les militaires gèrent. Nous sommes bouleversés par cette résurgence de l'insécurité qui est les fruits non seulement de l'incompétence des autorités de l'état de siège, mais aussi le fait que ceci préfèrent chercher l'argent que la paix", disent-ils avant de renchérir :

"Nous organisons une série des manifestations et appel aux journées ville morte dans la ville de Beni pour demander la fin de l'état de siège qui a lamentablement échoué et qui nous exposent aux tueries, escroquerie, arrestation arbitraire, banditisme, criminalité urbaine. Nos séries des journées ville morte seront couplés des grandes manifestations sur toute l'étendue de la ville de Beni dans 5 jours".

Le maire de Beni Narcisse Muteba ayant reçu ladite lettre a exprimé sa désapprobation. "Je tiens à vous informer que vos démarches sont de nature à voiler les dispositions de l'ordonnance n 21/ 016 du 3 mai 2021 portant mesures d'application de l'état de siège", rétorque-t-il.

Dieubon Mughenze depuis Beni

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate