Afrique du Sud : liberté conditionnelle accordée à l’ex-athlète Oscar Pistorius

L'ex-athlète Oscar Pistorius. Ph de tiers


L'ex-champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, 37 ans, a obtenu ce 24 novembre 2023 une libération conditionnelle, effective à compter du 5 janvier 2024, dix ans après le meurtre très médiatisé de sa petite amie Reeva Steenkamp.

Plus de dix ans après la « mortelle Saint-Valentin » du 14 février 2013, Oscar Pistorius va sortir de prison. L’ex-superstar du sport sud-africain, qui avait été condamnée à 13 ans et 5 mois de réclusion en 2017 par la Cour suprême d'appel à l’issue d’une longue saga judiciaire, va bénéficier d’une liberté conditionnelle. « Le département des services correctionnels confirme le placement en liberté conditionnelle de M. Oscar Leonard Carl Pistorius, à compter du 5 janvier 2024 », a déclaré l’administration pénitentiaire sud-africaine dans un communiqué, à l'issue des délibérations d'une commission ad hoc dans une prison proche de Pretoria où l’ancien athlète paralympique est détenu.

Après examen, cette commission a donc considéré que, au vu de son comportement en détention et de ses déclarations, Oscar Pistorius est apte à bénéficier d’une libération anticipée. Cependant, elle ne sera mise en place qu’à partir du 5 janvier 2024, le détenu devant d’abord suivre un programme en prison pour aider à sa réinsertion.

Selon le porte-parole des services pénitentiaires, l’ancien champion ne sera par ailleurs pas sous surveillance électronique, un système peu utilisé en Afrique du Sud. En revanche, des agents veilleront à l’application des règles de sa liberté conditionnelle.

Au cours de l’audition ce vendredi matin, un texte de la mère de la victime a été lu, rapporte notre correspondante, Claire Bargelès. Affirmant ne pas s’opposer à sa demande de remise en liberté, June Steenkamp continue de ne pas croire à la version d’Oscar Pistorius, et doute que l’homme soit prêt à réintégrer la société.

Une première demande rejetée en mars

En mars dernier, une première demande de libération conditionnelle avait été rejetée. Les services pénitentiaires avaient en effet estimé que l’intéressé n'avait alors pas purgé la période de détention minimale requise. Mais la Cour constitutionnelle a récemment contredit ce calcul, estimant que le décompte devait commencer à la date de son premier placement en détention.

Pour rappel, dans la nuit du 13 au 14 février 2013, Oscar Pistorius avait abattu sa compagne, la mannequin Reeva Steenkamp, 29 ans, tirant quatre fois à travers la porte de la salle de bain de sa chambre, dans sa maison ultra-sécurisée de Pretoria. « Blade Runner » – son surnom, en rapport avec ses prothèses de carbone – avait affirmé avoir cru à la présence d'un intrus chez lui. Il avait écopé de cinq ans de prison pour homicide involontaire à l'issue de son premier procès en 2014. Le parquet avait alors estimé la justice trop clémente et réclamé une requalification en meurtre. Oscar Pistorius avait alors écopé d’une peine plus lourde.

Dans le monde du sport, Oscar Pistorius est connu pour avoir été un des rares athlètes à s’être aligné aussi bien aux Jeux paralympiques – où il a remporté 8 médailles dont 6 en or – qu’aux Jeux olympiques où sa participation à Londres, en 2012, avait été très médiatisée.

Avec RFI

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • Addis-Abeba : tripartite RDC-RSA-Burundi pour une meilleure coordination des troupes de la SADC
  • M23 : la SADC réagit sur la mort de deux soldats sud-africains près de Goma
  • Guerre à l'Est : Deux soldats Sud-africains tués près de Goma

  • Post Tags


    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments