img

Actualités

Politique

Bahati lukwebo se montre intraitable et reste droit dans ses bottes. Ni les menaces du coordonnateur du FCC qui lui demandait de « tirer toutes les conséquences de son auto-exclusion du FCC » moins encore la salve médiatique menée tambour battant par Néné Nkulu qui se réclame président de l’AFDC-A en disqualifiant son ancien patron de la course, le candidat malheureux à la présidence du sénat ne fléchit pas.

Il revendique quatre ministères dont un vice premier ministre et un ministre d’Etat avec un poste de vice-ministre dans le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilukamba.

Le président du regroupement AFDC et allié L’homme sait à quelle porte frapper, il s’est adressé directement au premier ministre dans une lettre datant du 30 Juillet 2019 dont la presse a pris connaissance seulement le jeudi du 02 août. Dans cette correspondance, l’autorité morale de la deuxième force politique du FCC réclame une gestion légale et autonome du quota du regroupement qu’il gère. Il croit avoir raison d’avoir raison de faire la réclamation.

« Nous sommes fondés de réclamer nos droits d’autant plus que nous avions fait partie de l’équipe des négociateurs jusqu’il y a peu et nous connaissons les tenants et les aboutissants » indique-t-il dans sa lettre.

L’ancien ministre du plan accorde peu d’importance aux divergences avec ses anciens camarades du FCC « la divergence ne tient qu’à l’approche méthodologique ne devraient pas constituer une entrave au bon fonctionnement des institutions de la République » rassure-t-il.

Ce document justifie donc les récentes sorties médiatiques de l’autre aile de l’AFDC-A resté fidèle au mot d’ordre du Front commun pour le Congo. La présidente Néne Nkulu a infligé un carton rouge à Modeste Bahati quant à toute prétention sur une possible participation au gouvernement.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate