60ème anniversaire de l’indépendance: Ambongo appelle Kabila et Tshisekedi à dissoudre la coalition au pouvoir

30 juin 2020 à 00h15 | Par Chris Lumbu – à Lubumbashi

Mgr Fridolin Ambongo, nouvel archevêque de Kinshasa. Photo Archidiocèse de Kinshasa.

Ecouter cette information
947 Vues

Nous devons bien le reconnaître, chers frères et sœurs, après
60 ans d’indépendance, le constat est sans appel : nous avons honteusement échoué
.” son verdict est sans appel à l’occasion de l’homélie du 60ème anniversaire de l’indépendance de la République démocratique du Congo, le cardinal Fridolin Ambongo Besungu n’y est pas allé main morte. Il a dressé un tableau les plus sombres d’un pays à l’agonie faute à ses dirigeants: “ Nous n’avons pas été capables de faire du Congo un pays plus beau qu’avant” a-t-il lancé dans son réquisitoire.

Abordant la situation politique du pays, le prélat catholique a distribué un carton rouge à la coalition au pouvoir. Le chef des catholiques de la RDC remonte aux origines de ce mariage

Nous savons très bien que la coalition CACH-FCC qui est au pouvoir depuis plus d’une année. Cette coalition sait très bien comment elle avait foulé au pied la volonté du peuple pour en arriver là. La coalition sait. Maintenant, ses membres le disent. Malgré tout, le peuple avait fini par se résigner et accepter le fait accompli. Un peu comme dans le récit de Jacob qui avait volé la bénédiction destinée à son frère aîné. Esaü (cf. Gn 27), le peuple espérait que du mal originel pouvait sortir un bien. “

Le cardinal Ambongo Besungu crucifie cette coalition qui n’a plus de raison d’être à cause des scènes des ménages qui ne profitent guère aux enfants:

Malheureusement, le constat est là. Il n’y a de coalition au pouvoir que de nom. De part et d’autre, c’est le désamour, le cœur n’est plus à l’ouvrage. Au lieu de travailler ensemble autour d’un programme commun de gouvernement, les Coalisés ne se font plus confiance. Ils ont développé un rapport dangereux de rivalité qui risque d’entraîner tout le pays dans le chaos définitif. Pendant ce temps, l’action gouvernementale est complètement paralysée et le service légitime à rendre à la population est sacrifiée. Le peuple est abandonné. En définitive, la coalition au pouvoir a perdu sa raison d’être. Elle devrait normalement disparaître” insiste-t-il

Il appelle les deux patrons des deux coalitions à prendre leurs responsabilités et à regarder la vérité en face:

C’est de la responsabilité de ceux qui se sont coalisés, le Président et le Président sortant, de faire éclater cette coalition qui conditionne le développement de notre pays. Et aussi longtemps que cette coalition sera là, il n’y a rien à espérer de nos Gouvernants. C’est inacceptable ,“ a indiqué le cardinal.